23. La sortie de secours est à l'intérieur de soi même. Julien Green
Comportement du parent,  Développement personnel,  Gestion des émotions

Gérer ses émotions: 3 habitudes essentielles

Cet article participe au carnaval d’articles “3 astuces pour mieux gérer ses émotions“, organisé par le Blog Secrets de Nutritionniste.

Les émotions… un domaine très important pour chacun de nous, mais qui prend une tout autre ampleur lorsqu’on devient parent. En effet, la parentalité nous confronte à des situations inédites, auxquelles nous n’avons pas été forcément préparés…

La connaissance de ce domaine me paraît essentielle pour prévenir certaines tempêtes émotionnelles (chez l’enfant, mais également chez l’adulte), mieux se connaître et se comprendre, et avoir la possibilité de se maîtriser!

Cela est valable pour toutes les émotions et situations, mais je m’intéresserai principalement à la colère. C’est elle qui est souvent le plus difficile à gérer, et qu’on veut comprendre et contrôler lorsque nous parlons de gestion des émotions.

Voici donc 3 conduites qui me paraissent essentielles à mettre en place pour avoir un bon rapport avec ses émotions, c’est-à-dire savoir les gérer, ne pas les craindre, et s’en servir pour mieux se connaître.

26.! L'un des grands chantiers de la vie spirituelle, c'est d'abord d'accepter que nous pouvons perdre le contrôle. A. Jollien
Avant toute chose, il m’a semblé utile de rappeler cela… Nous sommes humains, nous pouvons maîtriser nos émotions dans une certaine mesure, mais pas chacune d’elle à chaque moment de notre existence.

1. Décoder le message

Les émotions sont des messagers! Il faut apprendre à les décoder

Vouloir mieux gérer ses émotions, c’est comprendre leur origine et il y a tout un travail de connaissance de soi et de l’être humain derrière!

L’histoire que tu te racontes

D’après le dictionnaire Larousse, une émotion est une “réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement”. Cette réaction a lieu parce que nous donnons un sens à ce qui s’est passé. Or, chacun a sa propre perception des choses. Elle est liée à notre façon de penser, notre vécu, nos connaissances, etc.

Il n’y aura donc pas forcément la même réaction suivant la perception que nous avons de la situation. Parfois si, car certaines situations évoquent la même chose pour beaucoup d’entre nous.

Exemple:

un enfant court, se fait heurter par une voiture et meurt.

  • Pour la plupart, nous serions choqués et tristes. Nous percevrions l’événement comme l’accident d’un petit enfant, qui avait toute sa vie devant lui à vivre. Sa famille serait si triste. Etc.

Lorsqu’une telle histoire arrive, c’est l’interprétation la plus courante: nous percevons donc cela comme un événement triste.

  • Une équipe de jeunes chercheurs a également assisté à la situation par la fenêtre, et devinez: c’est la fête pour eux! En réalité, cet enfant avait fait l’objet de modification génétique et était devenu… un zombi. Il s’était échappé malencontreusement du bâtiment dans le but d’aller contaminer d’autres enfants.

Pour les chercheurs, qui avaient d’autres connaissances et donc une autre perception de la situation, l’histoire n’est plus la même, et la réaction non plus!

Oui je compte me lancer dans l’écriture de scénarios de science-fiction bientôt… :-p

Derrière une émotion, il y a toujours une histoire.

Tes émotions t’appartiennent

Christophe André, texte sur les émotionsLe mécanisme est toujours le même: nous nous racontons une histoire, ce qui déclenche l’émotion et la réaction. Nous seuls sommes donc responsables de nos émotions, à cause du sens que nous mettons sur tout cela.

  • ton enfant de 2 ans fait exactement ce que tu viens de lui dire de ne PAS faire, tu ressens alors de la colère.
    • ce que tu te racontes: il le fait exprès pour m’embêter, il me provoque, il me manque de respect. C’est souvent cette dernière histoire qui faire péter un plomb. Or, là encore, la notion de respect est propre à chacun.
    • ce que l’enfant fait réellement: il a entendu une phrase, et comme son cerveau comprend encore mal la négation (va lire l’excellent livre “J’ai tout essayé“, d’Isabelle Filliozat pour en savoir plus), il a agi selon les mots qu’il avait compris (“ne touche pas le placard” devient alors “touche le placard”).
    • c’est l’histoire que tu t’es racontée qui t’a mise en colère, ce n’est pas la situation en elle même qui la déclenche. La preuve ta meilleure amie, qui a lu beaucoup de livres sur le fonctionnement de l’enfant, avait connaissance de ce mécanisme et a souri en le voyant faire. Une même situation, 2 émotions et réactions différentes.

Analyser

Derrière nos émotions il y a toujours un message dont il faut prendre conscience. Elles nous permettent d’accéder à une information utile pour la compréhension et connaissance de nous-mêmes.

Le réflexe à avoir est donc de chercher la signification de ce message!

Demande-toi:

  • quelle est l’histoire que je me raconte?
  • que signifie pour moi ce que j’ai vu?
  • est-ce que cela me rappelle une situation?
  • es-tu sûr de ton interprétation? Y a-t-il des connaissances qui pourraient t’aider à comprendre la réaction de l’autre?
  • est-ce un signal d’alerte pour me dire qu’un de mes besoins n’est pas satisfait?

Avoir pour habitude de décoder le message transmis par ton émotion va te permettre de mieux te connaître et de savoir éviter ou mieux gérer certaines situations.

2. Répondre à ses besoins

23. La sortie de secours est à l'intérieur de soi même. Julien Green

“Connais-toi toi-même”

Connaître et répondre à ses besoins est une étape essentielle pour éviter des sauts d’humeur intempestifs.

Les émotions nous apportent souvent des messages liés à des besoins insatisfaits.

Lorsque l’on est parent, il y a une chose essentielle à apprendre: gérer ses besoins, car les conflits de besoins avec les enfants et même dans le couple sont nombreux!

Or, des besoins insatisfaits ne nous permettent pas d’avoir une gestion des émotions optimale. Cela a tendance plutôt à entraîner un petit nuage noir au-dessus de notre tête.

Pour déterminer ces besoins, l’ingrédient essentiel est de s’écouter. Malheureusement, un grand nombre n’ont pas appris à le faire au cours de leur enfance et sont restés avec cette lacune. D’où des tempêtes émotionnelles explosives encore bien présentes à l’âge adulte (malgré la maturité du cerveau adulte). C’est en mettant de la valeur sur s’écouter, et décoder les messages cachés derrière tes émotions que tu pourras déterminer et satisfaire tes besoins.

Besoins physiologiques

Ce sont les besoins:

  • d’abri​
  • d’air​
  • d’eau​
  • de mouvements
  • de nourriture​
  • de repos​
  • de sécurité
  • de chaleur physique​

Le besoin de repos est bien malmené à la naissance d’un enfant. Tout le monde l’a déjà testé: lorsque nous sommes fatigués, c’est nettement plus compliqué d’être patient, à l’écoute, etc. C’est valable pour tous les besoins, mais un bon sommeil est indispensable au bon fonctionnement et bien-être de chacun. La priorité est donc de trouver des stratégies pour réussir à se reposer.

Besoins essentiels souvent oubliés des parents

Il en existe beaucoup, mais selon moi les principaux mis à l’épreuve lorsque nous sommes parents, ce sont les besoins de:

  • Solitude, calme,  tranquillité, temps/espace pour soi​Adieu moments de détente seul aux toilettes… Bon mes enfants ont 2 et 4 ans à l’heure où j’écris ces lignes, j’espère une amélioration de la situation d’ici une dizaine d’années… 😉
  • Relaxation, détente, plaisir, loisirs​
  • Écoute, compréhension, empathieC’est lors des premières années de vie des enfants que nous en aurions le plus besoin. Or, il n’est pas rare d’avoir l’inverse: conseils et reproches à tout va, qui ne sont pas en adéquation avec nos valeurs et nos connaissances. Il faut savoir détecter les personnes qui vont puiser ton énergie et t’entourer des personnes qui vont la restaurer.
  • Présence. Je parle d’une présence nourrissante et enrichissante intellectuellement, avec des adultes. J’adore être avec mes enfants, mais parler de choses d’adultes je trouve cela plutôt cool aussi!!

Prends soin de toi

S’écouter et satisfaire ces besoins est LA BASE, mais j’ai l’impression que cette étape clé est souvent zappée.

Il vaut mieux se concentrer en premier lieu à élaborer des stratégies pour ton bien-être, que d’essayer de trouver des techniques miracles de gestion des émotions. Tout commence par prendre soin de soi.

Pour donner le meilleur de toi-même, et gérer au mieux tes émotions, n’oublie pas de prendre soin de toi. Tu élimines ainsi une bonne partie des émotions désagréables qui peuvent surgir.

3. Comprendre l’autre

Lorsque l’émotion est en réaction à un comportement, une discussion, avec quelqu’un et que cela tourne au vinaigre… Décode rapidement d’où vient le problème pour toi, en te demandant quelle histoire tu te racontes. C’est le moment de garder en tête que ta perception n’est peut-être pas ce qu’il se passe réellement pour l’autre, et d’aller chercher cette information.

Compréhension et changement de perception

Le cerveau de ton enfant est immature

Comprendre ton enfant est très important pour l’harmonie familiale, et peut éviter tout un tas de crises liées à une mauvaise perception des choses.

Ton enfant a un cerveau immature. Il ne fonctionne et ne réfléchit pas comme toi, adulte.

Bon nombre des comportements des enfants sont étiquetés de tout un tas de croyances tenaces. Celles-ci sont pourtant remises en question par les neurosciences, et ces dernières permettent d’expliquer de nombreuses attitudes enfantines.

Comprendre ce qui se passe dans la tête de mon enfant fait une réelle différence pour moi. Ses comportements sont des expériences, et les voir ainsi m’aide à rester connectée à ce petit-être qui fait de son mieux pour créer de nouvelles connexions dans son cerveau et développer de nouveaux apprentissages.

Je prenais l’exemple de la colère face à l’enfant de 2 ans qui fait l’inverse. De nombreuses situations sont expliquées dans le livre “J’ai tout essayé”.

Jette un œil à ma liste de livres ressources pour avoir d’autres idées de lecture afin de comprendre ce qu’il se passe dans la petite tête de ton enfant.

Ton conjoint/ta conjointe n’est pas dans ta tête

Si ton conjoint ou ta conjointe a désormais un cerveau mature (la maturité cérébrale se termine vers l’âge de 25 ans), il n’en reste pas moins qu’entre ce que tu dis ou ce qu’il/elle dit, et ce qu’il entend ou que tu entends il peut y avoir un fossé voire un gouffre. Pouvant alors mener à quelques prises de têtes…

La pratique de la communication non violente peut t’aider à avoir de bons réflexes pour chercher à comprendre la personne et ne pas rester sur ton interprétation ou ton besoin inassouvi. Cela est valable également pour les enfants, mais d’autres connaissances sont bonnes à avoir dans leur cas vu leur immaturité et parfois leur incapacité à verbaliser ce qu’il se passe en eux.

Empathie

Rappelle-toi que nous sommes tous humains, et qu’il est plus bénéfique de chercher à apaiser la situation. Et si la personne n’est pas réceptive à tes tentatives de paix, rappelle-toi l’être humain en pleine tempête et qui a quelque chose à comprendre également. Tu n’es cependant pas obligé de rester…

Pour résumer: ne reste pas sur ton interprétation, cherche réellement à comprendre l’autre, et reste empathique.

3 habitudes à adopter pour gérer ses émotions et rester maître de soi

  1. Décoder le message: ton émotion t’apprend quelque chose, sers-t’en pour te connaître et ajuster tes comportements. Plus tu auras l’habitude de faire cet exercice, moins tu auras d’émotions fortes incontrôlables, car tu auras une meilleure connaissance de toi, de tes limites et de tes besoins.
  2. Répondre à ses besoins: ne pas s’oublier, prendre soin de soi c’est la règle n°1 pour ne pas se retrouver à péter un câble à la moindre contrariété.
  3. Comprendre l’autre: après la connaissance de soi, la connaissance de l’autre va t’aider à avoir une autre perception sur les choses. Ce changement d’angle peut alors faire toute la différence!

Ce sont essentiellement des comportements ou connaissances à acquérir afin de réguler tes émotions sur le long terme. J’en ai partagé d’autres dans un article sur des habitudes pour rester zen au quotidien. Il y a encore de nombreuses astuces, à long et court terme, dont je parlerai au fur et à mesure. Celles-ci me paraissent être la base!

 

 

J’espère que ces 3 habitudes pourront t’aider à te comprendre et maîtriser tes émotions. Dis-moi ce que tu en penses, et parle-moi de tes habitudes qui contribuent à ton épanouissement familial en commentaire!

Passe une bonne journée, soit présent à toi et ta famille, et ouvre ton cœur pour plus de bonheur.
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *