trois amis en quête de sagesse, La communication non violente au quotidien, l'intestin au secours du cerveau
Communication,  Développement personnel,  Lectures,  Santé

Épanouissement personnel et familial: 3 livres clés

Cet article participe à l’événement “Les 3 livres qui ont changé votre vie” du blog Des Livres pour changer de vie. Grande lectrice, grâce à ce blog j’ai découvert certains livres, dont “la semaine de 4 heures” de Tim Ferris, que j’ai lu tout récemment!

Depuis notre retour de Tahiti en France début 2018, je passe beaucoup de temps à lire (plus de 35 livres et j’en ai beaucoup qui attendent encore!)! Le moteur de tout cela a été mon engouement pour le développement et l’éducation des enfants, leur fonctionnement, et l’apport des neurosciences sur les conséquences des violences et douceurs éducatives. Puis cela s’est propagé sur le développement personnel en général, puisque tout commence par soi: si tu n’es pas bien, tu ne peux donner le meilleur à ta famille.

trois amis en quête de sagesse, La communication non violente au quotidien, l'intestin au secours du cerveauLes 3 livres que je présente aujourd’hui ont été lus ces dernières années, et m’ont apporté des clés pour plus de bien-être en famille. Les 2 premiers qui ont participé à l’élaboration de mon état d’esprit actuel pour avoir des relations saines et me sentir reliée aux autres. Le dernier a engendré des changements pour avoir une famille en meilleure santé, un ingrédient parfois oublié lorsqu’il n’y a pas de gros problème de ce côté-là.

“La communication non violente au quotidien”

livre la communication non violente au quotidienJ’ai toujours été très sensible à la façon de parler des gens. Je mets donc beaucoup de valeur sur le choix de mes mots, et éviter d’interpréter les paroles de mes interlocuteurs. Cela reprend les accords toltèques “Que votre parole soit impeccable” et “Ne faites pas de supposition“.

J’ai alors découvert la Communication Non-Violente (CNV, inventée par Marshall Rosenberg) à travers ce livre, qui a mis des mots sur ce que j’appréciais et n’appréciais pas dans les conversations, et ce que j’essayais d’obtenir: entretenir des conversations lors de sujets conflictuels qui ne partent pas dans tous les sens, et sans se blesser mutuellement. On ne laisse pas cours à notre imagination en interprétant telle ou telle chose selon notre humeur ou notre contrariété, et on ne balance pas d’idées pas très claires que l’autre aurait du mal à déchiffrer. C’est une “communication respectueuse de soi et de l’autre“. L’idée est de chercher à comprendre ce qu’il se passe en nous et chez l’autre, de comprendre nos besoins respectifs, de savoir les énoncer clairement, sans chercher à blesser l’autre, et d’être empathique avec l’autre. C’est une façon bienveillante de communiquer, qui dépasse l’échange de mots puisque cela nous amène à chercher la compréhension réelle.

Ce livre résume donc le concept clairement: OSBD.

  • O: observation. Dans un premier temps j’énonce ce que j’observe, je ne porte pas d’évaluation! Exemple tiré du livre: “Tu es toujours occupé”, comprend une évaluation de la situation; “cela fait 2 mois que tu ne m’as pas appelé” est une observation seule.
  • S: sentiment. J’énonce ce que je ressens par rapport à la situation décrite. Par exemple: “je me suis senti triste de ne pas avoir eu plus de nouvelles”. Je ne cherche pas à blesser l’autre, seulement à lui signifier ce qui se passe en moi.
  • B: besoin. Je manifeste mon besoin en rapport à la situation. Et pour le manifester, il faut donc en prendre conscience et s’interroger sur ce qui se passe en nous! Cela demande de ne pas mettre la responsabilité de notre état sur les épaules de quelqu’un d’autre.
  • D: demande. Pour finir, je demande clairement ce que j’aimerais. Je n’exige pas, je demande.

Enfin, la dernière partie développe la manière dont nous devrions accueillir les paroles et demandes des autres: avec empathie. La personne en face ne s’exprimera peut-être pas de la manière dont je viens de parler, cependant rien ne nous empêche de passer outre cela et d’aller chercher à comprendre le besoin insatisfait qui pousse la personne à nous parler de la sorte. Marshall Rosenberg parle alors de mettre ses oreilles de girafe (il n’en parle pas dans ce livre, mais l’utilise dans des conférences), en référence au cœur de la girafe qui est très gros. Nous pouvons parfois parler comme une girafe, mais oublier de dresser nos oreilles et mal prendre les choses… J’ai approfondi la CNV par d’autres livres complémentaires dont “Quand la girafe danse avec le chacal”, et “Être vraiment soi, aimer pleinement l’autre! La communication Non Violente en couple et entre amis”.

Lorsque j’ai découvert cette communication, cela m’a fait un bien fou, mais j’étais très frustrée de prendre conscience qu’autour de moi les réflexes d’expression étaient loin d’être sur ce modèle. Il me fallait apprendre à être ce que je voulais, mais ne pas l’exiger de mon entourage. Au mieux, mon exemple entraînerait des changements autour de moi. Au pire, je prendrais soin de mettre mes oreilles de girafe le plus souvent possible et poursuivrai mon chemin en quête de sagesse, d’où mon prochain livre pilier pour la poursuite de mon évolution.

“Trois amis en quête de sagesse”

livre trois amis en quête de sagesseChristophe André, psychiatre; Alexandre Jollien, philosophe avec un parcours résilient face à un handicap moteur; et Matthieu Ricard, moine bouddhiste, sont les auteurs de ce livre. Un large éventail de sujets sur l’existence humaine y sont balayés, avec leurs perceptions respectives, liées à leurs différents parcours. Ils nous parlent en toute humilité de leurs connaissances et leur expérience afin de répondre à des problématiques sur lesquelles nous sommes tous amenés à nous questionner.

Les sujets principaux sont l’ego, nos émotions, l’écoute, le corps, les origines de la souffrance, la cohérence, l’altruisme, la simplicité, la culpabilité, le pardon et la liberté. C’est ce dernier sujet qui m’a le plus inspiré, et d’ailleurs ils ont fait un autre livre dédié à cela: “À nous la liberté!” (commencé, mais pas encore fini).

Ce livre a été très inspirant et complémentaire avec la communication non violente pour m’aider à me forger un état d’esprit empathique et bienveillant envers chacun, car nous faisons tous de notre mieux. Ce fonctionnement change ma perception des comportements, des conflits, des émotions, et tout simplement de mes relations (en commençant avec ma relation à moi-même). Derrière chaque comportement je cherche à savoir ce qui l’a provoqué. Quel serait le besoin inassouvi caché par la colère par exemple? Pourrais-je aider d’une quelconque façon la personne en face de moi? Avoir cet état d’esprit m’a fait avancer chaque jour vers mes objectifs de vie, vers mon épanouissement personnel et familial. Ce livre y a grandement participé en me faisant me sentir reliée au reste du monde, à travers nos joies et nos peines, car nous traversons tous les mêmes, d’une façon plus ou moins intense. Les discussions de ces trois amis m’ont aidé à percevoir et intégrer cela en nous présentant leurs réflexions.

La recherche de la plénitude ne peut s'accomplir que par la bienveillance et l'ouverture aux autres. Matthieu Ricard

J’ai aussi eu une première grosse prise de conscience par rapport à mon corps: il fallait que je m’en occupe mieux! Le dernier livre, lu assez récemment, m’a apporté de nouveaux éléments pour le faire au niveau de l’alimentation.

“L’intestin au secours du cerveau”

livre lintestin au secours du cerveauLors de ma première grossesse, j’ai eu un premier élan pour bien entretenir mon corps, car j’étais en train de construire un mini-humain. Je voulais qu’il ait les meilleurs ingrédients possible. J’avais donc commencé à m’intéresser à ce que j’ingérais en mettant beaucoup de conscience à choisir de bons ingrédients, et en mangeant équilibré -ce que je pensais qu’était mangé équilibré à ce moment-là. Depuis peu, j’ai découvert l’influence de notre flore intestinale sur notre santé en général, notamment à travers ce livre. Je suis restée perplexe devant tous les effets positifs et négatifs qu’entraîne notre microbiote! Et la première chose qui permet de maintenir celui-ci en santé est l’alimentation.

Ce livre m’a fait découvrir qu’un microbiote en mauvaise santé pouvait être un facteur (parfois principal) de nombreuses maladies ou troubles neurologiques. Tels que la sclérose en plaques, le syndrome de Gille de la Tourette, l’autisme, les troubles de l’attention et de l’hyperactivité, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la dépression et l’anxiété. Également dans des maladies chroniques comme le diabète, les maladies inflammatoires de l’intestin (Chrone, rectocolite hémorragique, syndrome de l’intestin irritable), les allergies, l’asthme, et même l’obésité.

David Perlmutter, neurologue, expose des causes courantes de dysfonctionnement du microbiote: naissance par césarienne, non-allaitement, prises d’antibiotiques, infections, apport insuffisant en fibres végétales, hygiène excessive, glycémie élevée, pilule, pesticides, etc.

Il présente également par quels procédés un microbiote dysfonctionnel impacte la santé, par exemple:

  • Le gluten rend l’intestin plus poreux et cela laisse alors passer des molécules facteurs d’inflammation de l’organisme.
  • Une mauvaise proportion de 2 catégories de bactéries principales (les firmicutes et les bactéroïdètes) impacte le facteur d’obésité.
  • La glycémie élevée entraîne la fabrication de molécules inflammatoires et de molécules létales contribuant à la dégénérescence du cerveau.
  • Plein d’autres phénomènes biologiques y sont expliqués. Ce livre est dense en informations!

L’auteur propose des conseils de bases liés à l’alimentation:

  • choisir des aliments riches en probiotiques (ce sont des bactéries colonisant notre intestin): choucroute et autres aliments fermentés, kéfir, yaourt ou yogourt, etc.;
  • des aliments pauvres en glucides (surtout en fructose et gluten. Il a écrit un autre livre pour parler plus précisément des glucides, que je vais bientôt lire: “Ces glucides qui menacent notre cerveau”) et riches en bonnes graisses;
  • vin, thé, café et chocolat (avec modération);
  • aliments riches en prébiotiques (ils contiennent des ingrédients participant à la bonne croissance des bactéries);
  • boire de l’eau filtrée;
  • et jeûner quelquefois par an.

Cet ouvrage m’a apporté une perception différente sur les maladies dont j’ai parlé, sur l’alimentation en général et son importance pour entretenir (ou reconstruire) un microbiote sain. Je mets désormais beaucoup de valeur sur mon alimentation et un nouveau chapitre dans ma vie commence.

Ayant moi-même une maladie chronique de l’intestin, des douleurs chroniques, et des allergies, je me suis dit qu’il se pourrait qu’un facteur important pouvait être mon régime alimentaire. Depuis début juillet (2019) nous sommes donc en train de tester un régime hypotoxique (sans gluten, ni produit laitier, ni sucres raffinés). J’ai découvert “l’intestin au secours du cerveau” en m’interrogeant sur notre régime suite à la lecture de “Santé!“. Écrit par Nathalie Champoux, une maman qui a réussi à vaincre l’autisme de ses enfants essentiellement grâce au changement d’alimentation. Mon fils n’est pas autiste (du moins il ne semble pas l’être et n’a aucun diagnostic, quel qu’il soit), mais manifeste de nombreux symptômes de certains troubles (hypersensibilité, et rigidités face aux changements principalement). C’est pourquoi toute la famille est impliquée. Nous découvrons une nouvelle façon de manger qui me paraît beaucoup plus saine. Je me rends compte que notre alimentation était essentiellement basée sur le gluten et les produits laitiers: chaque jours, plusieurs fois par jour; et peu de légumes en proportion. Maintenant, affaire à suivre pour ce qui en est des résultats…

Partage-moi en commentaire les livres qui ont changé votre vie et votre état d’esprit, cela m’intéresse!

N’hésite pas à partager cet article si tu penses que cela peut inspirer d’autres personnes.

Passe une bonne journée, soit présent à toi et ta famille et ouvre ton cœur pour plus de bonheur.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  • Jacky

    Merci Aurore pour cet article inspirant!

    D’autres livres à rajouter dans ma liste!

    J’ai terminé il y a peu de temps un autre ouvrage sur la CNV, “Nous arriverons à nous entendre!”.
    La CNV est un sujet que je souhaites approfondir depuis un moment déjà et que je cherche à appliquer.
    Par toujours facile quand on sent que le personne en face de nous n’est pas dans la même écoute!…

    Bref, tout comme toi et beaucoup d’autres (et ça c’est plutôt encourageant), j’ai toujours un livre en cours sur les nombreux sujets de développement que j’essaie d’appliquer dans mon quotidien et que je partage autour de moi et sur mon blog.

    Histoire de semer des graines! 😉

    Jacky

    • Aurore Pernat

      Et oui la source de livre sur le développement personnel est inépuisable haha!

      La CNV parait en effet être carrément une autre langue lorsque tu en face de quelqu’un qui n’est pas habitué à être empathique ou à recevoir de l’empathie (c’est-à-dire qui porte des oreilles de chacal, pour reprendre Marshall Rosenberg). C’est dans ces cas là qu’on peut semer de grosses graines également, en montrant qu’on est pas obligé d’être dans le concours d’ego ou jugement sans cesse.

      Bon semis à toi =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *