bébé et maman sur la plage de coquillages
Développement personnel

Parent zen: 3 habitudes à adopter

Cet article participe à l’événement interblogueur “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen

La vie de parent comporte des challenges et des difficultés (comme toute chose), mais c’est essentiellement la façon dont nous percevons les choses qui nous affecte. Garder un état d’esprit positif, empathique et enthousiaste permet de réduire considérablement l’intensité des contrariétés du quotidien! Dans cet article, je te livre 3 habitudes qui m’aident à garder cet état d’esprit et me sentir plus zen au quotidien.

1. Pleine conscience

La pleine conscience est surtout connue avec la méditation de pleine conscience, mais il est également possible d’être en pleine conscience de ses sens et notre environnement sans être en train de méditer. Cela permet alors de vivre plus intensément le moment présent.

Pleine conscience avec ses enfants

Contemplation

pleine conscience en observant son enfant
Lorsque tu observes vraiment ton enfant, chaque petit geste, chaque mimique, tu es en pleine conscience.

C’est quelque chose que je fais quasi quotidiennement depuis que je suis maman en étant avec mes enfants. Je suis alors vraiment dans le moment présent et avec eux. Je les regarde agir, bouger. Je contemple leurs mimiques. Je les écoute attentivement. Je me connecte à eux grâce à tous mes sens (vue et ouïe, mais aussi le toucher en leur faisant un câlin, en caressant leurs jolies petites bouclettes, et l’odorat… oui il peut aussi m’arriver de les sentir =) Pour le goût, je crois que je ne les ai encore jamais léchés). J’entre alors dans leur monde et dans leur façon de penser.

Être en pleine conscience avec eux est vraiment quelque chose qui me nourrit. Je me sens alors détendue, à ma place, épanouie. Je passe ainsi du temps de qualité avec eux, ce qui les ressource également. Mon état de bien-être les enveloppe, tout le monde se sent bien et l’ambiance est détendue.

C’est cette pratique avec mes enfants qui m’avait amené à commencer mon défi de pleine conscience en août dernier.

En cas de crise

Être vraiment avec mon enfant lorsqu’il va mal est d’ailleurs quelque chose de très efficace également pour résoudre une crise. J’ai eu (j’ai toujours d’ailleurs) l’occasion de m’entraîner pas mal de fois haha. Il n’y a rien de tel pour calmer un enfant que d’être calme, en contact et à 100% avec lui (d’où l’intérêt d’apprendre à se connaître et gérer ses émotions pour pouvoir redescendre vite en cas de colère et se concentrer sur le principal pour l’aider: sa difficulté à lui).

La prochaine fois que ton enfant hurle parce qu’il ne trouve pas quelque chose, que tu lui montres, mais que cela ne lui convient pas parce qu’il voulait le trouver lui, TOUT SEUL… ça ne t’est jamais arrivé O_o ? Au lieu de rentrer dans un rapport de force: “mais regarde il est là” “oui, mais c’est moi qui trouve” blabla, etc. Prends le temps de le regarder et voir la tempête inconfortable dans laquelle il est, apaise-le en étant vraiment avec lui, et… remets la chose où elle était  ton enfant sera alors plus capable d’entendre que la vie continue même si ce n’est pas lui qui a trouvé.

Pleine conscience au quotidien

bébé qui mange des framboises
Les enfants sont des champions pour être en pleine conscience lorsqu’ils font quelque chose. Surtout lorsqu’ils mangent et découvrent les saveurs. Prenons exemple et retrouvons autant de plaisir qu’eux à manger!

La pleine conscience peut s’effectuer sur toute chose à faire:

  • Manger. Prendre vraiment conscience du goût, de la texture, de la température, des souvenirs que cela procure, d’avoir faim ou non, etc. Pleine conscience sur la brûlure due à ton impatience face au morceau de pizza brocoli… tu te rappelleras alors d’attendre =p
  • faire à manger. Pour ceux pour qui c’est une corvée, c’est un bon moyen de se reconnecter au plaisir de cuisiner sa nourriture. En prenant le temps de toucher, sentir les aliments. Et éviter d’être juste dans l’impatience, car cela prend du temps et que tu voudrais faire autre chose. Oui, je connais bien puisque c’est comme cela que j’étais il y a encore peu de temps.
  • Écouter de la musique. Cela amplifie son pouvoir sur nos émotions et notre état interne. Du coup, je te conseille plutôt de le faire sur des musiques zen ou motivantes que sur la marche funèbre =).
  • Eau chaude sur le corps.
  • Beau paysage.
  • Étirements.
  • Être allongé bien au chaud sous la couette.
  • Sentir l’air frais/chaud sur le visage.
  • Etc. Tu peux trouver des dizaines d’occasions chaque jour.

Tous ces moments de pleine conscience te couperont de la charge mentale qui peut régner dans ta tête de parent, et te permettre alors d’être plus zen. Cela sera encore plus puissant si tu le couples à la seconde habitude dont je parle: la gratitude!

livre 100 expériences de pleine conscience, Dr Jon Kabat-ZinnBibliographie sur la pleine conscience:
  • Au cœur de la tourmente, la pleine conscience. Dr Jon Kabat-Zinn, spécialiste et auteur de techniques de pleine conscience utilisées en psychothérapie. Ici, il explique en détail celle de la MBSR – réduction du stress basée sur la pleine conscience
  • 100 expériences de pleine conscience. Du même auteur, Dr Jon Kabat-Zinn. Ce sont des extraits du livre précédent.
  • Où tu vas, tu es. Dr Jon Kabat-Zinn.
  • La vie en pleine conscience. Elisha Goldstein et Bob Stahl.
  • Être parent en pleine conscience. Myla et Jon Kabat-Zin. 
  • Christophe André a également écrit beaucoup de livres au sujet de la méditation de pleine conscience comme “3 minutes à méditer”.

2. Gratitude

Qu’est-ce que la gratitude?

femme enceinte assise, pleine conscience sur son ventre
La grossesse a eu ses inconvénients (sensation que j’allais mourir dans les 10 minutes suivantes si je ne mangeais pas; nausées, etc.), mais en sentant ce petit être à l’intérieur de soi ❤️ … j’éprouvais énormément de gratitude pour avoir eu la chance de vivre 2 fois cet état ❤️

Avoir de la gratitude pour ta vie, voilà un état d’esprit qui la transforme! Cela modifie ta perception des événements et te permet de dépasser de plus en plus facilement les désagréments rencontrés (gros ou petits).

La gratitude c’est avoir de la reconnaissance pour quelque chose. En prenant conscience de tout ce que tu possèdes, tu éprouves de la reconnaissance pour cela. C’est un état où tu prends conscience de toute la beauté de la vie et de TA vie, malgré toutes les difficultés rencontrées!

Quand tu arrives à cet état d’amour et de gratitude pour ta vie et ses événements, il te faut peu de choses pour être rempli. Tu te sens alors évidemment beaucoup plus zen, détendu, épanoui.

L’ingratitude parentale

Être parents entraîne des contrariétés, certes. Certaines personnes n’ont pas trop de difficultés à les accepter. Pour d’autres, c’est plus difficile, par exemple:

  • Tu ne t’attendais pas à tous les changements que cela allait impliquer. Voir ton enfant déféquer en urgence au milieu d’un pont… Moment authentique cet été.
  • Tu avais en tête qu’un enfant devait surtout ressembler à une peluche (être sage, obéissant, ne pas trop bouger et montrer qu’il existe). Te faire hurler dessus parce que ton enfant n’arrive pas à faire quelque chose te paraissait assez saugrenu comme idée…
  • Tu pensais que ta femme allait surtout assumer les contraintes de ces nouvelles fonctions. Tu pensais jouer avec les enfants parfois lorsqu’ils sont de bonne humeur, pendant que ta femme gérerait le reste…
  • etc.

Tu te trouves alors dans un état d’ingratitude. Tu ne vois alors qu’un seul côté de la médaille. Il y a 6 principaux ennemis à la gratitude, qui t’entraînent dans un fantasme de ce que serait ta vie sans les inconvénients actuels:

  • la peur,
  • la culpabilité,
  • la nostalgie,
  • le regret,
  • la comparaison,
  • l’impatience.

Par exemple:

  • Être impatient lorsque ton enfant finit une activité avant de venir. Tu ne perçois alors pas qu’il est en train de développer d’autres compétences, dont la concentration.
  • Être nostalgique de ce temps où vous n’étiez que 2 sans grand-chose à penser, et regretter d’être passé à l’acte pour concevoir ce petit être charmant, mais si demandeur. Non seulement tu ne prends pas conscience de toutes les richesses qu’avoir un enfant t’apportes, mais en plus tu idéalises et délire complètement sur ce qui ce serait passer SI. Ce qui ne peut être que du fantasme, car personne ne peut savoir.

La gratitude, antidote face aux désagréments de la parentalité

maman et bébé qui rigolent ensemble
Je suis prête à affronter les contraintes de la parentalité pour vivre tous ces moments de joie avec mes enfants. J’ai énormément de gratitude pour les avoir dans ma vie, dans les bons comme les mauvais moments.

Développer ta gratitude va alors permettre d’avoir une autre vision de la parentalité et de dépasser les contraintes plus facilement.

Oui, il y a des moments désagréables, des contrariétés, des frustrations, et il n’y a pas d’événements dans ta vie où il n’y aura pas ce côté de la médaille. Si tu penses le contraire, tu es dans l’illusion et ta mémoire a probablement sélectionner des passages ton passé.

Si tu n’avais pas d’enfant, tu retires les mauvais moments, mais tu renonces aux bons également.

Prends conscience du cadeau que tu as d’être parent, même si ta fille vient de lancer une couche pleine de caca. Si elle l’a fait, cela veut dire qu’elle est là avec toi, vivante, et que tu peux créer une relation avec elle. Combien cela vaut?

Alors quand tu en as marre, demande-toi:

  • Qu’est-ce que j’apprends de cette situation? Mieux vaut jeter les couches pleines très vite!
  • Comment cela me fait grandir? Je suis capable de gérer les conséquences et l’enfant, je trouve mes solutions, tout va bien.
  • Comment cela m’aide à servir autour de moi? Je vais pouvoir inspirer des mamans avec mon histoire en leur donnant des conseils d’organisation sur la gestion des couches. Je vais peut-être même inventer une couche qui va toute seule à la poubelle. Qui sait…?
  • Qu’est-ce que cela signifie si je prends du recul? J’ai la chance d’avoir et de m’occuper de ma fille que j’aime.

Petit moment de gratitude du soir

En prenant du recul sur ta journée, le soir, écris des moments que tu as appréciés dans ta journée. Imprègne-t’en.

Ce sont des moments qui n’auraient peut-être pas eu lieu s’il n’y avait pas eu d’inconvénients. Ce sont des moments qui peuvent te faire oublier tout le reste. Tout comme les moments moins agréables, ils font partie de la vie.

Rappelle-toi toujours que si tu es confronté à des difficultés c’est que tu vis. Tu avances. C’est cela la vie: avancer, se servir des événements (bons comme mauvais) pour avancer, et avoir de la gratitude pour tout cela.

Bibliographie

  • “Il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous”, de Rita Badraoui. C’est un roman de développement personnel que je n’ai pas encore, mais qui me semble très inspirant!

3. Batch cooking

c'est décidé je batch cook
Le livre avec lequel j’ai commencé, par l’auteure du blog cuisine addict.

Avoir un état d’esprit de parent zen, cela passe aussi par l’organisation! Je parlerai de mon système d’organisation en entier dans un autre article.

Face à toutes les choses à faire dans la vie (imposée par l’extérieure ou qu’on s’impose nous même), une bonne logistique permet de réduire ta charge mentale et de ne pas avoir la sensation que ton cerveau va exploser à tout moment! Ça te parle cette sensation?

Voici un élément nouveau de mon organisation qui m’allège beaucoup depuis que je l’ai découvert: le batch cooking! Le principe est de cuisiner en une session tes repas de la semaine. Certains l’utilisent pour les repas du soir seulement, d’autres pour tous. Pour ma part, je fais le maximum: tous les repas + goûter (voire le petit déjeuner si cela est compatible).

Les avantages du batch cooking

Je n’en suis qu’au début donc je ne vais pas m’étaler sur les détails, j’y reviendrai dans quelques semaines lorsque j’aurai un peu plus d’expérience et affiné mes outils d’organisation.

Ce que je peux d’ores et déjà dire:

  • Pas de panique si ce n’est pas prêt et qu’il te reste 10 minutes avant l’heure du repas (et que tu vois que ton enfant commence à se rouler par terre. Chez nous c’est signe d’une très grande faim, et mieux vaut ne pas attendre…).
  • Tu ne te demandes qu’une seule fois dans la semaine ce que tu vas manger. Tu planifies et hop pas de “qu’est-ce qu’on mange ce soir?
  • Tu manges alors souvent plus équilibré, car tu prends le temps de prévoir, et ne te tournes pas vers la facilité au dernier moment si tu n’as pas d’idées.
  • Gain de temps: que ce soit pour la cuisine, car tu prépares plusieurs choses à la fois, ou pour le nettoyage, car tu nettoies une bonne grosse fois pour toute.
  • En bref: ta charge mentale est bien diminuée et cela te laisse plus de temps pour vaquer à tes occupations, te détendre, être vraiment présent à tes enfants (sans penser à ce que tu vas bien pouvoir faire à manger), etc.

Pour ma part, c’est vraiment quelque chose qui a changé mes journées, car je trouve la charge mentale liée à l’alimentation difficile à gérer. Je déteste devoir trouver et faire au dernier moment, car je n’ai pas souvent d’idées. C’est d’autant plus important que nous testons un régime sans gluten, et clairement il a fallu revoir toute notre façon de manger. Les repas réflexes ne sont donc pas encore ancrés.

Bref, le batch cooking est pour moi désormais une habitude essentielle pour garder mon énergie pour faire d’autre chose que penser à ce que nous allons manger toute la journée.

Bibliographie:

  • “C’est décidé je batch cook”, de  Sandra Thomann. Je me suis servie de ce livre pour commencer et m’aider à m’organiser pour la mise en place de cette habitude.

maman zen jouant avec bébé dans la piscine3 habitudes pour être un parent plus zen

  1. Ajoute des moments de pleine conscience dans ta journée, notamment lorsque tu es avec tes enfants.
  2. Incorpore également de la gratitude envers ta famille: tes enfants, ton/ta conjoint-e; et TA vie!
  3. Le tout bien organisé, notamment avec le batch cooking qui allège ta charge mentale et te libère plus de temps.

Tu as alors une excellente base dans ta recette pour être plus zen.

D’autres habitudes peuvent évidemment être ajoutées et t’aider, j’en parlerai dans d’autres articles. Lire régulièrement des citations inspirantes permet de garder un bon état d’esprit également! J’ai moi-même un tableau rempli de citations. Pour des idées de citations zen, voici une source d’inspiration sur le blog Habitudes zen.

*

J’espère que ces 3 habitudes pourront t’aider à te sentir plus zen dans ton quotidien de parent. Dis-moi ce que tu en penses, et parle-moi de tes habitudes qui contribuent à ton épanouissement familial en commentaire!

Passe une bonne journée, soit présent à toi et ta famille, et ouvre ton cœur pour plus de bonheur.
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

6 commentaires

  • cora

    Bonjour,
    Oui au batch cooking ! Le samedi, je cuisine tous les légumes, le dimanche, tous les féculents, et, la semaine, on associe les uns avec les autres, selon les envies. Super pratique lorsque la petite dernière fait un groooos calin aux jambes de maman, et décide de ne plus s’en passer, alors que c’est l’heure de préparer le repas !

    • Aurore Pernat

      Haha, oui tiens j’ai la même petite ici =) et clairement c’est le genre de situation qui me tend le ventre pour réussir à préparer avant que mon plus grand ne se roule par terre de faim…
      Vraiment pour moi le batch cooking m’a enlevé un énorme poids et me permet vraiment de plus profiter de mes journées.

  • Valentine - Parents en Equilibre

    Bonjour Aurore,

    Merci pour cet article. J’ai écrit sur le même sujet cette semaine sur mon blog et je suis fascinée de voir que nous avons proposé des Habitudes Zen tout à fait différentes mais ô combien complémentaires !!

    Je serais honorée que tu ailles lire mon article “3 Habitudes Incontournables des Parents Zen”: https://parentsenequilibre.com/parents-zen/

    Je continuerai pour ma part à suivre le tien qui défend de nombreuses valeurs auxquelles je suis moi aussi attachée. Pleine Conscience et Gratitude sont au cœur de mes priorités 🙂

    • Aurore Pernat

      Je suis allée lire ton article et en effet c’est complémentaire tout ça!
      La communication me parle beaucoup, car je mets ENORMEMENT de valeur à avoir une communication non violente, empathique, etc. afin de ne pas déclencher ou alimenter de conflits inutiles.
      J’imagine que nous nous ressemblons pas mal sur notre philosophie parentale! =)

  • Johann

    Coucou Aurore,

    De très bonnes habitudes Zen, dont les 2 premières que j’affectionne tout particulièrement : )
    A la maison, on fait du batch cooking, mais du “batch cooking partiel” pour être plus précis car on fait en moyenne que 3 repas d’avance le week-end, c’est déjà pas mal ; )

    Faut dire qu’on aime bien cuisiner en semaine comme le week-end, même si, faut reconnaître que certains soirs c’est très pratique d’avoir le repas déjà prêt.

    Cuisiner est une tradition familiale où cuisiner c’est pratiquer l’art de partager et de faire plaisir : )
    La cuisine est une activité qui permet de se réunir. Les enfants adorent donner un coup de main pour remuer les préparations, casser les œufs ou lécher le plat plein de chocolat, miam : )

    Faire plaisir aux autres est aussi une très belle habitude Zen.

    Merci Aurore pour ce beau partage d’expérience

    Très bonne journée
    Johann

    • Aurore Pernat

      Le plaisir de la cuisine est quelque chose de nouveau pour moi, car cela ne m’intéressait pas trop auparavant, et je voyais surtout tout le temps que cela me prenait (ingratitude! =) ).

      Désormais, je remets beaucoup de conscience sur le fait de préparer moi-même les choses, prendre le temps, et j’aimerais aussi plus partager cela avec les enfants comme tu le dis.

      Pour l’instant, ils sont encore petits et cela peut être compliqué à gérer, mais je pense que lors des prochains mois nous allons mettre en place cette routine batch cooking avec les enfants (au moins une partie).

      Petit moment convivial en famille, c’est ce que je vise.

      Merci pour ton retour =)

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *